NOUVELLES CHANSONS

Gif robert lebon3

Grand-mère dort

« Réveille-toi, grand-mère réveille-toi !
Il est neuf heures, on t'attend en bas... »
Mais grand-mère ne bouge pas,
Et l'enfant ne comprend pas.

Pourquoi grand-mère est donc comme ça ?
Pourquoi elle ne parle pas ?
« Maman, viens voir, grand-mère n'entend pas....
Viens vite ! Pourquoi tout ça, dis-moi ? »

« Elle est immobile dans son lit,
Parce qu'elle est partie au paradis. »
Ses mains pâles sur le drap,
On dirait qu'elle dort, sans tracas...

L'enfant comprend que c'est fini :
L'horrible mort est passée par ici ;
Il pleure à chaudes larmes sa gentille mamy
Qui, petit à petit, va sombrer dans l'oubli.

Ma gentille mamy, tu nous laisses tous ici,
Sans adieu, sans un mot, ou même un écrit.
Nous nous sentons si seuls en ce matin maudit !
Achève ton voyage jusqu'au lieu béni !

Mamy, je pense à toi, aujourd'hui.
A toi que j'aimais comme la fleur et le fruit.
Bien sûr, tu n'es plus là pour me dire : « Mon petit,
Viens donc sur mes genoux, pour me faire un mimi. »

 

Enregistrement réalisé sur mon pc avec un micro ordinaire, le 15 mai après-midi, dans mon bureau

  


Mon ami gipsy

Mon ami gipsy chante, chante,

Mon ami gipsy joue pour moi,

Mon ami gipsy chante, chante,

Donne-nous un peu de ta joie…

• Chante pour moi, l’ami,

Chant’, ta voix n’est qu’un cri !

Chante le feu de la nuit,

Chante et on t’applaudit…

Porte-nous en cadence

Vers des magnificences ;

Un chant-incandescence

Parol’s, gestes et dance.

Flamenco et rumba :

Percute avec le doigt !

Ta Camargue là-bas

Sent l’Espagne et Malaga.

Tu chantes, puis tu t’en vas

Loin, très loin de nos pas.

Ton chant sonne fiesta

Dans nos cœurs de fanas.

Nouvel enregistrement sur pc, dans les mêmes conditions que ci-dessus


Du swing…

Intro : Du swing, du swing… (X 4)

 1. Tapez dans les mains

Swing swing swing swing!

Tapez fort et bien…

Swing swing swing swing!

L’ambiance est sympa

Swing swing swing swing!

Et tout le monde y croit!

Swing swing swing swing!

On prend son panard!

Swing swing swing swing!

Dans cet anti-geignard

Swing swing swing swing!

 2. Maintenant ça va

Swing swing swing swing!

Ça balance comme ça

Swing swing swing swing!

Plus fort on continue

Swing swing swing swing!

On ne s’arrête plus

Swing swing swing swing!

C’est bon ce rythme là

Swing swing swing swing!

Ça vaut bien le cha cha

Swing swing swing swing!

3. Allez-y les amis

Swing swing swing swing!

Oublions les soucis

Swing swing swing swing!

Profitons aujourd’hui

Swing swing swing swing!

Quand nous sommes réunis

Swing swing swing swing!

Quelques instants de plus

Swing swing swing swing!

Le temps est suspendu

Swing swing swing swing!

Aperçu de la chanson enregistrée le 13 août sur mon pc en une seule prise! (guitare et voix)

(Un peu d'indulgence en l'écoutant...)


Maison de retraite

 (valse)

1. Résignée à quitter son chez soi

Pour aller à la maison de retraite,

Un endroit qu’elle trouve un peu froid

Où c’est pas tous les jours la fête…

 

Les dames sont pourtant bien gentilles

Mais pour elle, ça ne suffit pas,

Trop de gens qui sont comme des p’tites filles,

Des malades en veux-tu, en voilà.

 

La Maison de retraite, c’est le terminus

De ceux qu’ la mort guette, dernier omnibus !

Là le train s’arrête, pas d’autre départ,

Il faut s’ résigner, ne plus rien vouloir.

 

2. Les journées sont longues parfois

Et le temps s’étire, saumâtre,

La télé, les jeux et puis quoi ?…

Des visites, certains jours grisâtres.

 

Dehors on va faire quelques pas

Au soleil, pour faire aller les pattes;

Avec sa canne on boite un peu bas,

On s’en retourne à la casemate.

 

3. Les siestes sont quotidiennes

Les parties de cartes fréquentes.

La causette, une heure en moyenne,

La rêverie qui souvent vous enchante.

 

Le médecin passe en coup de vent :

Ça va ? avant de disparaître.

Des remèdes pour le soulagement,

Rarement pour votre bien-être.

 

4. Petit à petit on s’habitue

A cette vie modèle réduit.

On est une petite tribu,

Les jours s’écoulent sans bruit.

 

Quelquefois une amie nous quitte

Pour le cimetière, sans même un adieu.

Une autre la remplace au plus vite!

Dans le fond, est-ce qu’on est malheureux ?

Enregistrement direct sur pc

 


Demain, il fera beau !

Aujourd’hui, tout est gris ; demain, il fera beau.

Demain sera pour tous un jour de renouveau!

Un jour de grand soleil dans le bleu, au plus haut.

Les chansons, la gaîté auront la première place,

Le passé s’en ira, ne laissant pas de traces.

Aujourd’hui, tout est gris ; demain, il fera beau.

 

Il faut y croire très fort: demain il fera beau !

Les fleurs et les fruits seront en abondance

Les oiseaux chanteront leur bien douce romance.

Le bonheur et l’amour inonderont le monde

Comme un paradis bleu que la raison féconde.

Aujourd’hui, tout est gris ; demain, il fera beau.

 

Si vous ne dites pas : demain il fera beau,

Si vous ne me croyez pas, reste le désespoir ;

Si vous ne me croyez pas, comment peut-on vouloir

Trouver des jours meilleurs, une vie plus vivable?

Unissons nos efforts pour l’avenir désirable.

Aujourd’hui, tout est gris ; demain, il fera beau.

 

Rêvons notre avenir : demain il fera beau !

Rêvons qu’enfin les hommes sur la Terre des aïeux

Se prononcent hardiment pour des printemps joyeux.

Pain et vin partagés égaieront les repas.

Le monde va trop mal, nous n’avons pas le choix !

Aujourd’hui, tout est gris. Demain, il fera beau!

Ecoutez l"enregistrement réalisé chez moi


Lucky Lucke

1. Sous un éternel chapeau blanc,

La mèche de cheveux en bataille,

Un air sympa, assez canaille,

Il chevauche son cheval savant.

Un foulard rouge autour du cou

P’tit gilet noir sur chemise jaune

Bras écartés, comme il rayonne,

Invulnérable, un vrai risque-tout.

Lucky… Lucky…

Lucky, Lucky, Lucky Luke

Lucky… Lucky…

Lucky, Lucky, Lucky Luke !

 

2. Pantalon bleu assez moulant

Révolver(s) fixé(s) sur les cuisses,

Il a plus d’une admiratrice,

Même avec le sot Rantanplan…

Il n’a pas peur des frères Dalton

Qu’il ramène souvent en prison.

Car la justice est sa passion

Et la défense des frêles personnes.

 

3. Il tire plus vite que son ombre

Pour abattre les méchants bandits.

Constamment d’un calme accompli

Il va son chemin sans encombre.

Jolly Jumper file comme le vent

Tout en faisant ses commentaires ;

Aux échecs il joue en expert

Et sauve son maître assez souvent.

 

4. Le shérif fait appel à lui

Pour que la loi soit respectée.

Dans le saloon, ça va chauffer,

Certains auront de gros ennuis !

Le croque-mort aura du travail.

L’ vautour regarde tout ça de près…

La diligence va arriver :

Les belles dames et leur éventail.

 

5. C’est un cow-boy pas comme les autres

Quelqu’un qu’on aime sans retenue,

Sans attache, jamais abattu.

N’espérons pas qu’il soit des nôtres !

 A la toute fin, comme un sans-toit,

Seul et tranquille vers l’horizon,

Il s’en va sans compromission.

I am a poor lonesome cow-boy.

Quel beau héros!

mp3 en enregistrement direct sur ordinateur


65 printemps !

Soixante-cinq printemps

Qu’on fête au restaurant !

Journée mémorable :

Plaisirs de la table,

Amis retrouvés,

La joie, la gaîté.

On chante et on danse,

Blagues en abondance,

Mais des jeux aussi ;

Oublions nos soucis.

Chantons ce refrain,

Mes joyeux copains.

 

Allez : Vive la vie

Et vive les amis !

Tous des joyeux drilles

Pas de la pacotille !

On aime faire la fête

Le bonheur on souhaite !

Profitons aujourd’hui

Jusqu’au bout de la nuit !

 

On s’est retrouvé

Une fois chaque année.

Toujours avec plaisir

Pour se réunir

Dans un restaurant

Qu’on veut différent.

Une fois repartis

On songe aux amis

Et aux retrouvailles,

Joyeuses ripailles,

Au prochain novembre

Sans faute, en grand nombre…

Petite chanson composée pour tous mes amis de la classe 65 du canton de Loudes

réunis pour un joyeux banquet le dimanche 21 novembre 2010


 Mon enfance si loin

Mon enfance nature dort dans mes souvenirs,

Mon enfance nature, aux mille et un plaisirs…

Mon enfance m’attend dans un coin de verdure,

Avec un grand soleil, l’alouett’ dans l’azur.

 

Ah, si je pouvais remonter le temps !

Si je pouvais revoir mes amis, mes parents !

Revivre les instants magiques

Retrouver des endroits magnifiques.

Ma chère enfance, donne-moi la main,

Pour m’emmener vers de beaux lendemains.

 

Mon enfance souffrance dans les mauvais moments

Moments de solitude ou de chambardement,

L’abattement, la honte, et même la peur au ventre,

L’envie de s’en aller, ou bien de disparaître…

 

Ah, si je pouvais remonter le temps !

Si j’ pouvais peindre en bleu les jours de tourment !

Changer le malheur en bonheur,

Retrouver l’innocence, la fraîcheur.

Ma chère enfance, donne-moi la main,

Pour m’emmener vers de beaux lendemains.

 

Mon enfance misère quand on n’a pas d’argent,

Quand on gèle l’hiver, dans d’ mauvais vêtements ;

Quand on couche à la dure sur un vieux matelas

Dans une chambre froide où rôdent quelques rats…

 

Ah, si je pouvais remonter le temps !

Si j’ pouvais peindre en bleu les jours de tourment !

Changer le malheur en bonheur,

Retrouver l’innocence, la fraîcheur.

Ma chère enfance, donne-moi la main,

Pour m’emmener vers de beaux lendemains.

 

Mon enfance regret du temps des illusions,

Du temps des rêves fous, des projets tourbillons,

Du temps où l’on croit tenir tous les possibles,

Du temps où l’on se croit immortel, invincible !

 

Ah, si je pouvais remonter le temps !

Si je pouvais revoir mes amis, mes parents !

Revivre les instants magiques

Retrouver des endroits magnifiques.

Ma chère enfance, donne-moi la main,

Pour m’emmener vers de beaux lendemains.

 

Mon enfance de rêve au soir de cette vie,

Après tellement d’épreuves qui vous laissent affaibli,

Après tant de blessures et de désillusions,

Garde-moi ton refuge où il fait si bon…

 

Ah, si je pouvais remonter le temps !

Si je pouvais revoir mes amis, mes parents !

Revivre les instants magiques

Retrouver des endroits magnifiques.

Ma chère enfance, donne-moi la main,

Pour m’emmener vers de beaux lendemains.

Enregistrement à partir de la musique et de l'accompagnement guitare de mon ami Jean-François Thomas!

RigolantRigolantRigolantRigolant

Chanson composée pour mes amis campeurs, en ce mois de juillet 2011avec une météo d'automne:

Vive le camping

 


Il a ouvert les yeux

 Il a ouvert les yeux sur les draps blancs du lit,

Des yeux qui regardaient ailleurs, comme éblouis.

Il ne nous voyait pas, tout à côté de lui,

Il revenait de loin, com' d'un autre pays.

 

                                        Il sortait des ténèbres, du tunnel de la nuit,                                     

Après bien des souffrances, dans tout son corps meurtri.

Il ne nous parlait pas, sous le choc, interdit,

Comme paralysé de revoir des amis.

     

Pourquoi faut-il, mon Dieu, que l'on s' retrouve ainsi,

Sur un lit d'hôpital? Un cadavre, une momie!

Combien de temps faut-il pour retrouver la vie,

La vraie vie d' ceux qui bougent, qui bougent  sans souci?

 

Les infirmières allaient, venaient, empressées.

Et nous, spectateurs, étions un peu gênés.

On regardait, puis une main on touchait,

En espérant très fort la voir enfin bouger.

 

On disait quelques mots qui restaient sans effet.

On voulait tous croire au réveil désiré.

Mais rien ne se passait sur le lit redressé,

Et l'on était tout bêtes, figés, désarmés... (Refrain)

 

Les médecins avaient bien expliqué:

"Ce sera assez long et assez compliqué."

Il nous fallait attendre patiemment, espérer,

Que le malade retrouve ses forces et la santé.

 

Chaque jour on guette le signe de la tête

Ou le mot qui démontre que le réveil s'apprête.

Chaque jour il faut croire que tout est possible,

L'espoir ne meurt jamais, il est indéfectible.

 

(Chanson écrite pour mon frère, cloué sur un lit

à l'Hôpital Nord de Saint-Etienne)

 


 Viande... de cheval!

1.  Je revenais du supermarché

 J'avais acheté des surgelés:

Lasagnes et hachis Parmentier,

De quoi faire un bon déjeuner...

J' mets la radio avant de manger,

Qu'est-ce que j'entends, horreur sacrée?

Au lieu du bœuf bien apprêté,

Voilà du cheval, en loucedé!

Est-ce que je suis en train d' rêver?

Est-ce qu'on m' vendrait de belles saletés?

Je r'garde mon plat à peine réchauffé

Et je me demande si je vais le manger...

 Je voulais du bœuf et j'ai du cheval!

Je pense pas que tout ça soit bien normal.

Alors maintenant à qui se fier?

On est des cons manipulés.

J' sonne la révolte des gens trompés

Y me faut du sang sur le pavé!!!

Halte à la bouffe des trafiquants,

Qu'on les arrête, les foute dedans!

 

 2.  C'est la java des magouilleurs

 Traders, voleurs et arnaqueurs.

De la bonne bouffe des amateurs,

Ne restent pas les bonnes odeurs.

Si vous aimez les raviolis

Mieux vaut vous dire: on les oublie!

Tambouille, magouilles et ratatouille

On veut nous prendre pour des andouilles.

Les grandes marmites industrielles

Vont nous faire tous monter au ciel.

Des saucisses aux omégas quoi?

Des fromages à la listéria.

 Vous aimez ou vous n'aimez pas

La viande de ch'val dans les p'tits plats...

J'aurais voulu manger du bœuf

Du bon gros bœuf, pour du sang neuf.

Mais y en n'a plus, voilà... du cheval!

Aîe les douleurs abdominales...

Après la vache devenue folle,

                            Nouveau scandale dans l'agricolel  Reprise 1er refrain

Chanson écrite en juin 2013 et que j'interprète désormais dans mes tours de chants

 


Quand tu reviendras

(paroles écrites sur une musique péexistante)

 Quand tu reviendras

Quelle belle fête ce jour-là

Un très beau soleil brillera

Et tout l' monde rira aux éclats

Quand tu reviendras

Com' le temps passe, dépêche-toi,

Oui reviens-moi tant que j´y crois

Il ne manque vraiment plus que toi.

 Nos cœurs vont vibrer ensemble

Oubliant un passé de cendre

Confiants dans un futur à prendre,

Un grand bonheur, sans plus attendre.

 Quand tu reviendras

Ouvrant la porte, je serai là,

Pour te serrer fort dans mes bras

Une petit' larme coulera.

 Notre émotion nous étreindra

Sans dout' quelques instants lilas.

 Mais comment faire dans ces cas-là,

Quand on ne se maitrise pas?

 Quand tu reviendras

Un grand champagne coulera...

Sur la nappe, les plus beaux plats,

Et dans nos yeux, beaucoup de joie.

 Les souvenirs seront bien là

Mais nous n'en parlerons pas,

Oublions tous nos vieux tracas:

Le présent est si délicat.

Quand tu reviendras

Tu trouveras la chambre en état

Et tes affaires comme autrefois

Sans rien d' changé ou presque pas.

Notre aventure recommence

Saisissons cette nouvelle chance

C'est le début d'une romance

Longue et belle, une renaissance!

Quand tu reviendras!


La vie en boite

 Quelle vie, quelle vie !

Ah mon Dieu, quelle vie !

C'est de la mise en boite du début à la fin…

Où peut-on respirer, se sentir vraiment bien ?

Où est la liberté, le plaisir de se promener ?

Le plaisir de profiter, de rêver, d' s'évader ?

 

Quand on débarque sur terre, on est mis au berceau

Dans une boite rembourrée, juste ouverte vers le haut.

Quelques années plus tard, on va tous à l'école

Assis dans une classe, une boite pas fofolle…

On poursuit des études, à l'université

Dans une boite plus grande, mais pas plus en beauté.

Le week-end, entre amis, on s'éclate tous en boite

Plein de flashs et décibels qui se comptent en mégawatts.

 

Refrain

 

Autour de la trentaine, on s'en va travailler

Encore dans une boite, usine ou atelier.

On va peut-être essayer de créer son affaire

En clair sa propre boite pour d'venir millionnaire.

Et le soir, tous les jours, on s'en revient chez soi

Pour manger et dormir dans notre boite bien sympa.

Puis pour quitter la vie, on va nous déposer

Dans une boite matelassée qu'on va vite enterrer…

 

 Refrain

 

Commentaires (2)

1. marylou 03/01/2011

Très beau site et très belle voix

2. Kokiane 25/11/2011

Très beaux textes, j'aime beaucoup ce que vous faites, légères et profondes à la fois sont vos chansons, il faut continuer, Bravo!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau