Le "culturel"sur Radio France

Dans une interview récente au magazine VSD, Pierre Perret a fait un aveu surprenant et qui mérite d'être connu... Il a confié qu'il était mal vu à Radio France. "Plus j’ai été populaire et plus l’animosité s’est déployée (...) Je suis toujours tricard à Radio France. Il n'y a pas une chanson qui passe, hein ! Rien. C’est le mur de Berlin. Un jour, il y a une dizaine d’années, Jean-Luc Hees, alors patron de France Inter, m’a dit : 'Tu sais, t’as pas la couleur'. Ça c’est une phrase qui tue. Y a beaucoup de gens qui souffrent de par le monde de ne pas avoir la couleur. Mais bon, je vais vous dire : j’ai aucune acrimonie. Je m’en bats les couettes mais à un point !", a-t-il lâché.

France Inter se surpasse d'ailleurs, ces derniers temps... Les bobos intellos socialos écolos qui y sévissent et qui s'écoutent parler dans un micro ont fait très fort pour la mort de David Bowie, par exemple. On est dans le vent ou on ne l'est pas ! On n'en ferait pas davantage pour la mort du pape... Il est vrai que les androgynes excentriques et camés plaisent énormément aux bobos. Dernière salve : comment faire une émission pas chère et à couleur hautement culturelle? Facile ! Vous prenez un livre quelconque et vous en faites lire quelques pages par un acteur, sur un ton très concentré. Voilà,  vous avez fait du culturel, qui s'adresse à une certaine "élite" parisienne ! Et tout cela avec notre argent, l'argent de la redevance. Bonne continuation, les bobos !


Sur France Inter , France Info , France Bleu, une petite révolution s'est produite sur les chaînes publiques qui n’avaient droit qu’aux messages de publicité collective ou d’intérêt général, groupes publics mutuelles ou administrations.

Un décret paru au Journal Officiel élargit leurs possibilités de façon encadrée : pas de promotions occasionnelles comme les foires aux vins par exemple.

Et pas plus de 30 mn par jour, quand les radios privés peuvent aller jusqu’à 14 minutes par heure...

On demande à voir : tous les auditeurs constatent que les spots sont de plus en plus nombreux, tout le temps ! France Inter va bientôt pouvoir faire directement concurrence à Europe 1 ou RTL où le robinet à pubs est ouvert à fond toute la journée. La différence entre radio publique et radios privées se réduit de plus en plus à la taille d'une feuille de papier à cigarettes... Et nous continuons à payer la rédevance.

Ce sera même beaucoup plus strict dans le 7/9 où le total des spots ne pourra pas dépasser les 8 minutes.

Il faut bien que le service public, dont les ressources sont affectées par la crise, trouve des solutions…

Les recettes publicitaires restent très faibles : elles représentent à peu près 6% du budget de Radio France .

 
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau